Les Défauts visuels

Les défauts Visuels

 

 

Un français sur deux à besoin de lunettes ou de lentilles de contact pour corriger un défaut visuel. Proportion destinée à s’accroître, en raison de l’allongement de la durée de vie de la population. Ce marché est également stimulé par l’évolution technologique (apparition de nouveaux matériaux pour les verres, les montures et les lentilles). Les trois amétropies (défauts de la vision) sont la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme. La presbytie, quant à elle, est une gêne de la vision de près qui nous guette à partir de la quarantaine.

 

LA MYOPIE

La myopie se traduit par une gêne pour voir de loin, laquelle est en principe moins importante en vision rapprochée. Un oeil myope est un oeil trop long ou trop puissant. Le foyer image se forme en avant de la rétine, le cerveau reçoit une image floue.

 

Un verre concave (ou négatif), diminue sa puissance et transporte le foyer image sur la rétine en faisant diverger les rayons.

L’HYPERMETROPIE

L’hypermétrope voit en principe mieux de loin que de près. A l’inverse de la myopie, l’œil est trop petit ou pas assez puissant. Le foyer image se forme derrière la rétine, le cerveau reçoit une image floue.

Un verre convexe (ou positif), augmente sa puissance, et ramène le foyer image sur la rétine en faisant converger les rayons.

L’ASTIGMATISME

L’astigmate voit de façon médiocre de près comme de loin, il confond souvent des lettres proches comme le H et M. Un astigmate a une vision déformée des objets.

L’astigmatisme est un défaut de la courbure de la cornée (ou du cristallin) qui agit sur un axe (horizontal, vertical ou oblique) et dénature la vision.

 

Un verre torique (ou cylindrique), rétablit la bonne perception des axes.

 

LA PRESBYTIE

La presbytie n’est pas un défaut de réfraction mais un vieillissement inévitable du cristallin.
Au fil du temps le cristallin perd de son élasticité et ne peut plus assurer l’accommodation pour des objets proches. La presbytie se combine avec les autres défauts optiques de l’œil.
Le presbyte est obligé de lire son journal à bout de bras, mais voit distinctement des objets éloignés.

Un verre convexe (ou positif), compense le manque d’accommodation du cristallin.